Le Hezbollah à la Sorbonne

Publié le par Votre juriste en Israel

Samedi 12 décembre 2009 à 15 heures s’est tenue une conférence à l’Université Paris-I Panthéon-Sorbonne très particulière intitulée : Gaza, un an après ; les nouveaux risques d’agression dans la région. Il est bien évident qu’avec un titre pareil, l’ambiance ne devait pas être pro-israélienne.

L’annonce ne cachait nullement son parti-pris : 27 décembre 2008 : l’armée israélienne prolongeait le blocus de Gaza par une agression meurtrière qui fera des milliers de victimes civiles. Un an après, le Mouvement des Indigènes de la République salue la résistance palestinienne et entend faire le point sur les nouvelles menaces israéliennes et impérialistes qui pèsent sur la région.

Paradoxalement, mêmes les organisations humanitaires les plus engagées dans la cause comme Amnesty International ou Human Rights Watch ont recensé au maximum environ 1450 victimes, ce chiffre tenant d’ailleurs compte des membres du Hamas tombés au combat.

La liste des personnes invitées était pour le moins éloquente. On y retiendra notamment : 

. Ali Fayad - Membre du Bureau politique du Hezbollah et député au parlement libanais, bref, une personne dont le mouvement est clairement coupable de crime de guerre pour avoir tiré des roquettes à l’aveugle sur Israël durant la guerre du Liban en 2006 ;

. Alima Boumediene-Thierry - sénatrice, les Verts, partisane d’un boycott généralisé d’Israël ;

. Nadine Rosa Rosso - initiatrice de l’appel pour le retrait du Hamas de la liste européenne des organisations terroristes - tout un programme !

Et bien évidemment des membres du mouvement des indigènes de République.

On retiendra que le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme s’est fendu d’un communiqué pour alerter les pouvoirs publics de cette manifestation.  Bien évidemment, tout cela est resté morte et le Hezbollah a bien pu venir en France exposer sa conception très particulière de la résistance.

Publié dans antisémitisme

Commenter cet article