Madonna aurait-elle plus de courage que Léonard Cohen ?

Publié le par Votre juriste en Israel

Lors de son concert hier au park Hayarkon de Tel-Aviv, Madonna s’est enroulée dans le drapeau israëlien. Les images ont été automatiquement chargées sur Youtube et ont entraîné un déferlement de commentaires que les mauvaises langues qualifieront bien sûr d’antisémites. Bref, tout le monde aurait applaudi si Madonna avait préféré le drapeau palestinien.

Comment abhorrer les insignes du sionisme sans mentionner l’infinie souffrance des Palestiniens. Qu’à cela ne tienne, Madonna doit réparer sa faute et une organisation palestinienne l’a appelé à adopter bien évidemment un enfant palestinien. Nous voici donc confrontés dans la logique la plus effrayante : on ne peut pas parler d’Israël sans parler des Palestiniens.

Tout signe en faveur d’Israël doit être suivi de représailles. Paul Mac Cartney, menacé lors de son concert, s’était contenté d’une visite à Bethléem et marmonné des propos consensuels sur la paix. Roger Waters, ex-Pink-Floyd, avait bien évidemment appelé à détruire la barrière de sécurité – just a brick in the wall. Quant à Léonard Cohen, il a poussé le stade suprême du consensualisme à proposer d’aller jouer à Ramallah. Seul problème : il risque sa vie !

Johey Starr de NTM s’est contenté d’un concert à Tel-Aviv et ne paraît pas s’être produit dans les territoires sous contrôle de l’autorité palestinienne.

Nous sommes donc confrontés avec Madonna à une belle illustration du terrorisme intellectuel qui peut régner à propos d’Israël. On rappellera ici deux choses totalement déconnectées :

- en s’habillant avec le drapeau israëlien, peut-être que Madonna n’a fait que se soumettre à sa façon à la demande du rav Shmuel Eliyahou de revêtir une tenue un peu plus tsiniout ;

- avec un drapeau sur elle, Madonna revêt presque la tenue réglementaire pour aller se produire à Gaza.

Publié dans polémiques

Commenter cet article